Aller au contenu

Menu principal :

Veillée du 24 mai 2020

Au Sanctuaire de l'Enfant Jésus

Veillée du 24 mai 2020

Chant :  Levons les yeux  (cliquez)

Méditation : ( extrait d’une homélie du Père Emmanuel Lucet )

« Je veux rendre visible en toi, le miracle de mon Enfance ».

Jésus a voulu que Marguerite y soit une humanité de surcroit dans laquelle non seulement Il révèle tout son mystère d’Enfant du Père mais aussi où Il se laisse voir dans son mystère d’Enfance. Marguerite a reçu la mission, d’être comme une icône, une incarnation de l’Enfant-Jésus. En la voyant vivre, on voit quelque chose de l’Enfant-Jésus.

L’âme de Marguerite était un miroir de l’âme et de la vie de l’Enfant-Jésus.

Le charisme de Marguerite et de tous les disciples du Petit Roi, c’est de maintenir et de rendre vivant dans l’église, le charisme de l’Enfant-Jésus. Alors concrètement comment faire pour vivre cette voie d’Enfance avec Marguerite. La petite doctrine de Marguerite peut se résumer en 3 points qui sont aussi 3 étapes.

Contempler pour imiter et être transformé pour témoigner.

On contemple, en imitant on est transformé. En étant transformé, on témoigne.

Contempler l’Enfant-Jésus. Il s’agit de méditer sur la vie de l’Enfant-Jésus, de le contempler en train de vivre avec Marie et Joseph. Méditer cette vie de l’Enfant-Jésus et pour nous aider dans cette contemplation, Marguerite va nous donner des moyens très concrets. Elle va nous mettre devant les yeux des images, des prières, des lieux. On sait que Marguerite, à la demande de l’Enfant-Jésus, fit construire très tôt dans le carmel, une petite chapelle pour l’honorer.

Elle va nous donner une statue. Elle va aussi nous donner en particulier la prière de petite couronne, qui nous fait méditer sur ces 12 premières années de la vie de Jésus ainsi que la solennisation du 25 de chaque mois. Ce sont des choses très concrètes pour nous aider à entrer dans la méditation, regarder l’Enfant-Jésus, vivre.

Cependant, cette contemplation n’est qu’une première étape, insuffisante mais qui  a son importance si on se souvient que l’on devient ce que l’on contemple. Plus vous regardez quelque chose, plus vous lui ressemblez.

Il ne s’agit pas de contempler de l’extérieur, mais il s’agit de vivre soi-même ces mystères pour devenir des enfants et c’est pour cela que l’Enfant-Jésus a une particularité à Beaune. Sa particularité c’est qu’Il est Roi. L’Enfant-Jésus s’est montré comme un Roi. On aurait très bien pu avoir un simple Enfant-Jésus, couché dans la paille dont on admire à l’école de Bérulle, l’abaissement d’amour, un petit Jésus dans la paille. L’Enfant-Jésus de Beaune est bien sûr dans la paille mais il a aussi une couronne et un sceptre. Il est Roi et c’est le Petit Roi de Grâce ou le Petit Roi de Gloire. Ces 2 appellations sont riches de sens et se complètent l’une, l’autre.

Petite Couronne

Divin Enfant-Jésus, j'adore ta Croix et je m'abandonne à ta Sainte Volonté.

Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit...

ADORABLE TRINITÉ,

nous T'offrons toutes les Adorations du Cœur du Saint Enfant-Jésus.

Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous. – Notre Père...

TRÈS SAINTE TRINITÉ,

nous T'offrons ce que Tu as opéré dans l'Âme de la Sainte Vierge au moment de l'Incarnation.

Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous. – Notre Père...

 

ADORABLE TRINITÉ,

nous Te remercions des Grâces dont Tu as comblé Saint Joseph, en vue de Jésus et de Marie. Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous– Notre Père...

 

LES DOUZE MYSTÈRES DE LA SAINTE ENFANCE

1. L’INCARNATION DE NOTRE SEIGNEUR :

Saint Enfant-Jésus, nous adorons le moment de ton Incarnation.

Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous. – Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions nos dirigeants, rends-les attentifs aux besoins des plus pauvres et des plus faibles, spécialement en ces jours où les fondements moraux de notre société sont attaqués.

2. SON SÉJOUR DANS LE SEIN DE SA SAINTE MÈRE :

Adorable Enfant, nous T'adorons résidant neuf mois dans le Sein de Marie.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions les enfants menacés dans le sein de leur mère, donne aux soignants le courage de refuser une culture de mort.

3. SA NAISSANCE :

Divin Enfant, nous T'adorons naissant dans une pauvre étable.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions tous les enfants qui naissent dans des conditions difficiles, matérielles et morales, sois toi-même leur réconfort et leur abri.

4. SA DEMEURE DANS L’ÉTABLE :

Très aimable Enfant, précieux Trésor du Ciel et de la terre, nous T'adorons dans la Crèche avec les Anges et les Bergers de Bethléem.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions les familles qui n’ont pas de logement digne pour vivre, qu’elles trouvent un secours

5. SA CIRCONCISION :

Dieu d'Amour, qui es la Sainteté même, nous T'adorons prenant la marque de l'Alliance dans ta Circoncision. Rends nos cœurs semblables au tien.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, réveilles en chaque homme le sceau d’amour dont il a été marqué comme créature de Dieu

6. SON ÉPIPHANIE :

Saint Enfant-Jésus, nous nous prosternons à tes Pieds Sacrés avec les Mages. Sois à jamais l'Unique Roi de nos cœurs. Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions tous ceux qui te cherchent avec un cœur droit et sincère, donne- leur d'avancer sans peur vers la plénitude de la lumière

7. SA PRÉSENTATION AU TEMPLE :

Adorable Enfant offre-nous à Dieu ton Père avec Toi, que nous soyons tout livrés à l'Amour. Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions les prêtres et les personnes consacrées, que leur vie soit une offrande agréable à la gloire de Ton Père et que leur témoignage incite des jeunes à répondre généreusement à l’appel du Seigneur

8. SA FUITE EN ÉGYPTE :

Saint Enfant qui, étant le Dieu Fort, fuis devant le roi Hérode, fais-nous fuir, plus que la mort, l'ombre du péché. Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions ceux qui doivent fuir leur pays pour échapper à la guerre, à la famine, aux persécutions spécialement les chrétiens, rends-nous attentifs et accueillants à nos frères en humanité.

9. SON RETOUR D’ÉGYPTE :

Très Puissant Enfant, arrache-nous à l'esprit du monde et fais grandir en nous le désir du Ciel.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions tous les chrétiens, afin qu’ils soient lumière pour le monde sans se laisser contaminer par l’esprit du monde.

10. SA VIE CACHÉE À NAZARETH :

Très Aimable Enfant, fais-nous aimer la Vie Cachée et humble et fais-nous goûter au bonheur de nous savoir aimés de la Sainte Famille

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions les familles… à la demande du pape François, qu’elles deviennent toujours davantage, par une vie de prière et d’amour, « laboratoire d’humanisation ».

11. SES VOYAGES AVEC SA SAINTE MÈRE ET SAINT JOSEPH :

Divin Enfant-Jésus, sanctifie tous nos pas. Puisque Tu es notre Unique Trésor, que nous allions souvent Te chercher dans nos églises pour T'y prier et T'adorer, Toi notre Sauveur et notre Dieu.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions nos églises, qu’elles soient des lieux de prière vivants et pas seulement des vestiges d’une culture du passé.

12. SON SÉJOUR AU TEMPLE AU MILIEU DES DOCTEURS :

Admirable Enfant-Jésus, en qui tous les Trésors de la Sagesse et de la Science sont renfermés, viens établir pour toujours ta Demeure en nos cœurs. Sois notre seul Maître, enseigne-nous ta Volonté et donne-nous la Grâce de l'accomplir fidèlement et avec joie.

Et le Verbe… Je vous salue, Marie…

Enfant-Jésus, nous te confions les personnes qui exercent des responsabilités, qu’elles les accomplissent dans un esprit de service, pour le bien commun, dans la justice, qu’elles mettent leur intelligence au service de la Vérité.

 

 

 

Prière :

Jésus Enfant, je viens à Toi,

Jésus Enfant, regarde-moi,

Jésus Enfant, écoute-moi,

Jésus Enfant, j’ai foi en Toi.

Rends mon cœur doux et humble comme le Tien,

pur et innocent comme le Tien,

Obéissant et confiant comme le Tien,

Généreux et patient, comme le Tien

Détache-moi de tout ce qui m’éloigne de Toi

et attire-moi tout à Toi.

Que je vive comme Toi et pour Toi,

dans la simplicité et persévérance

 

Chant : « Père je suis ton enfant »   (cliquez)

Méditation : ( extrait d’une homélie du Père Emmanuel Lucet )

Alors comment comprendre l’appellation du Petit Roi de Grâce. Cela signifie qu’Il accorde des grâces bien sûr, mais Il accorde surtout la grâce primordiale. On pourrait dire la grâce des grâces qui est celle de devenir Enfant. Cette grâce qu’il nous donne, c’est celle de son Enfance, c’est de nous redonner la joie qui a été détruite par le péché originel, d’être enfant de Dieu, de retrouver la joie et la puissance de l’Enfance et l’enjeu, ne sera pas de le contempler de manière extérieure mais de se laisser prendre par Lui, de se remettre entre ses mains et d’entrer dans son règne, de le laisser régner sur nous et sur tous les aspects de notre vie.  Et ça c’est tout le sens de l’apparition de Marguerite reçue la nuit de Noël 1638.

C’est tout le sens de l’apparition de Marguerite reçue la nuit de Noël 1638. Jésus Lui est apparu, non pas comme un enfant mais  comme un Roi et comme le Roi des rois. Et là, il y avait une demande. Cette demande c’est de se consacrer entièrement à l’œuvre de le faire régner dans les âmes. C’est ce que Marguerite nous dit elle-même : « Il faut que vous vous laissiez entre ses mains divines, pour disposer de vous et pour la vie et pour la mort, et pour la santé et pour la maladie et pour l’estime et pour le mépris comme il Lui plaira. Comme des choses siennes et sans réplique. On peut dire les choses autrement, il ne s’agit pas d’aimer l’Enfant-Jésus, il faut qu’Il devienne notre Roi pour qu’Il puisse nous enfanter à l’Enfance. Entrer dans la Seigneurie de l’Enfant-Jésus sera d’agir avec Lui.

Ce n’est pas un hasard que Jésus ait voulu se faire Enfant. Pourquoi ?  C’est pour nous faire comprendre qu’Il a besoin de nous.  Il a besoin de notre affection. Il a besoin qu’on prenne soin de Lui.  Il a besoin qu’on soit tendre avec Lui. Qu’on le prenne dans nos bras, qu’on le berce, qu’on l’embrasse, qu’on le caresse. Il a besoin qu’on le protège, qu’on le console, qu’on soit délicat comme on le serait avec un enfant. S’occuper de Lui, ce sera de passer du temps avec Lui. Vous savez que Marguerite, tous les matins et tous les soirs, venait devant le Petit Roi, pour être avec Lui, pour prier, en plus des autres œuvres. C’est prendre du temps avec ce Petit Roi, tous les matins, tous les soirs ou comme Thérèse d’Avila, prendre un petit Enfant Jésus sur ses genoux face à Lui et Lui parler. Passer du temps avec Lui, c’est déjà ça vivre avec Lui.

Mais il faut surtout apprendre à vivre à partir de Lui. Lorsqu’un enfant arrive dans un couple, ça change la vie du couple et le fait passer à un autre stade, à une autre hauteur d’amour. Quand un enfant arrive, il vous décentre de vous-même. On va devoir organiser les choses à partir de Lui, à partir de ses besoins et c’est ce qu’il faut.

L’Enfant-Jésus ne va pas prendre de pouvoir sur vous en vous frappant avec son sceptre ou en vous hurlant dessus ou en vous écrasant par sa puissance, mais en s’exposant pauvre, vulnérable et nécessiteux devant vous en disant : j’ai besoin de toi. Et c’est par son amour, par ce besoin d’amour, qu’il va créer sur nous, que nous allons tout organiser en fonction de Lui. C’est le cœur chez nous, de la voie de l’Enfance de Marguerite. On obtient plus par amour que par force.

Il veut qu’on organise notre vie, à partir de Lui. Pas seulement qu’on le consulte pour savoir s’Il bénit ce que l’on va faire, Lui demander ce qu’Il veut, ce dont il a besoin. Le consulter bien sûr, sur nos choix, sur nos décisions mais surtout Lui consacrer ce que l’on fait, et que l’on vive avec Lui tout ce que l’on fait.

 

Chant : « Je vous ai choisi »  (cliquez)

Méditation : ( extrait d’une homélie du Père Emmanuel Lucet )

Alors s’il faut s’occuper de l’Enfant-Jésus et  continuer de creuser. Il faut surtout le laisser s’occuper de nous et c’est ça le miracle, quand on s’occupe de Lui, il s’occupe de nous. Et c’est ce qu’on décide de faire lorsqu’on se remet entre ses mains. Parce qu’il ne faut pas s’y tromper, prendre Jésus dans ses bras, en réalité, c’est le laisser nous prendre dans les siens.  C’est exactement comme avec l’Eucharistie. C’est ce que Saint Augustin avait mis en lumière. Quand vous communiez, vous mangez Jésus et bien en réalité c’est l’inverse. C’est Lui qui nous mange. Ce n’est pas nous qui le transformons en nous comme on le fait pour n’importe quel aliment. Quand vous mangez Jésus ce n’est pas vous qui l’assimilez mais                       c’est Lui qui vous assimile à Lui et qui petit à petit vous transforme en Lui.

Comme le disait Marguerite, Il s’agit de nous laisser entre ses mains et qu’est-ce que va faire l’Enfant-Jésus ? Il va nous enfermer dans sa crèche.  C’est là qu’il faut parler de l’importance de la crèche chez Marguerite.

Marguerite a choisi la crèche parce que c’est là que nait la Sainte Famille et c’est là aussi où l’Enfant-Jésus est le plus fragile. Mais surtout pour Marguerite, la crèche, va être ce lieu béni, ce paradis retrouvé dans la nuit du monde, du péché, de la violence, ça va être comme une enclave de paix. Une enclave où le péché est absent et où il n’a aucune prise. La crèche c’est le lieu de la communication où on a plus peur d’être soi-même. C’est un lieu où toutes les relations se vivent en fonction de l’Enfant-Jésus, où les hommes vont pouvoir retrouver l’harmonie entre eux. On voit Marie et Joseph, l’homme et la femme qui se retrouvent, les riches et les pauvres se retrouvent, les rois qui ont plein d’argent et les bergers qui n’ont pas grand-chose, toutes les races se retrouvent dans la crèche, les noirs, les jaunes et les blancs. Mais aussi vous avez les retrouvailles dans la crèche, de l’univers visible c’est-à-dire non seulement les hommes entre eux mais l’âne et le bœuf, tout le règne animal, toute la création.

La crèche c’est aussi le lieu où le monde invisible nous rejoint. Les anges sont dans la crèche. Vous voyez ? Donc la crèche va être ce lieu béni, ce petit paradis sur terre. Et la crèche va être aussi ce lieu où l’esprit du monde est absent, où ces fausses richesses, ces fausses lumières, ces mensonges, ces illusions, n’ont pas de place.

La grande richesse de la crèche c’est l’Enfant-Jésus et  bien qu’il n’y ait que de la paille et pas de confort, on y est au comble de la paix, de la joie et du rassasiement. La crèche par son climat de paix, est le lieu  où l’on peut se mettre nu d’une certaine manière, où on se laisse désarmer de ses protections, de ses masques, des rôles qu’on nous fait jouer, où que l’on joue, de ses peurs etc...

C’est un lieu où on retrouve l’innocence, où on retrouve la joie de se laisser aimer, la joie d’aimer, la joie d’être bon, la joie de se laisser faire. Et si c’est beau, c’est en même temps très difficile. C’est très difficile parce qu’on aura toujours la tentation de sortir de la crèche. On aura toujours à lutter contre la tentation d’idolâtrer ou de se faire idolâtrer. La tentation de briller, d’être vu, d’être remarqué, de s’imposer, de diriger, que les choses tournent autour de nous, que les gens tournent autour de nous, de prendre en main notre vie, de se rassurer, avec du confort, avec de l’argent, avec du matériel, avec des relations tordues, avec du pouvoir, etc.… etc…

La voie d’Enfance  n’est pas une voie d’infantilisation. C’est difficile de s’enfermer dans la crèche et de ne pas en sortir.
Marguerite nous dira la même chose. Précisons que lorsqu’elle parle à l’Enfant-Jésus, ce n’est pas seulement du bébé de la crèche. Elle parle de cet Enfant-Jésus de 12 ans qui grandit sans cesse. Et qui se soumet à ses parents. Qui descend du ciel, à Bethléem, à Nazareth, à Capharnaüm, à Jérusalem, par l’Eucharistie, dans le tombeau.
Marguerite ne parlera pas de la Sainte Face, mais elle va nous parler du sang de la circoncision. Dans la crèche, l’Enfant-Jésus verse déjà son sang. De même qu’Il le versera aussi par celui des Saints Innocents.

Ainsi Marguerite aimait à dire qu’en son intérieur, elle vivait le mystère de l’Enfance et de la crèche et à l’extérieur celui de la croix et de la passion. Parce que le démon ne supporte pas l’innocence, il va tout faire pour nous faire sortir de la crèche en nous vantant le pouvoir de la force, de l’autonomie, de l’indépendance, de la haine etc… Il va nous pousser à être grand, à prendre les choses en main, à descendre de la croix, à nous sauver nous-mêmes, par une vie qui est plus logique, plus raisonnable que celle qu’Il est en train de nous construire. Tout l’enjeu sera de vivre dans la crèche, de s’enfermer spirituellement dedans.

Chant : «  Le Verbe s’est fait chair »  (cliquez)

Méditation : ( extrait d’une homélie du Père Emmanuel Lucet )

La bonne nouvelle est que nous avez tous au fond de vous une petite crèche, depuis votre baptême. Un lieu qui est intact, qui n’a pas été touché par le péché où règne la très Sainte Trinité, Saint Joseph, la Vierge Marie, l’Enfant-Jésus. Et c’est là qu’il faut vivre, à partir de là qu’il faut aller vers l’extérieur. C’est tout simple à faire. On peut le faire en lui consacrant un peu de temps chaque jour. En descendant dans sa crèche chaque jour. Plus vous ferez cela, plus vous y consacrerez du temps et plus vous aurez ce réflexe dans la vie de tous les jours, dans la journée lorsque vous serez attaqué, lorsque l’autre s’approchera. Il y aura des chutes et bien vous aurez le réflexe de la crèche. Et vivre à partir de la crèche, va être aussi pratiquer les vertus de l’Enfance. Les vertus de la crèche. Marguerite les a bien mises en lumières ces vertus, on les connait et d’ailleurs. Ce ne sont que le déploiement des vertus dont Sainte Thérèse a posé les fondations pour le carmel.

Et donc vivre à partir de la crèche et de son Enfant, ce sera aussi d’avoir un autre rapport avec le péché. On a vu hier quand on est petit, on ne tombe pas de haut et bien Marguerite dit la même chose, on la laisse parler et voilà ce qu’elle nous donne comme conseil en cas de chute : « Il faut s’humilier devant le Saint-Enfant-Jésus et se relever promptement et après recommencer à l’aimer, à le servir et à l’adorer comme si on n’était jamais tombé. Il vaut mieux penser au Saint-Enfant Jésus et à ses divines perfections qu’à nous-mêmes et à nos fautes et misères.

Ainsi peu à peu, de chutes en chutes, de grâce en grâce, à force de contenter l’Enfant-Jésus, de l’imiter, de vivre avec Lui, et bien nous allons vivre une transformation qui fera que malgré nous, puisque dans nos vies dans le mystère de l’Enfance, on ne se regarde plus, on essaie plus de savoir si on avance, si on est bien dans la sainteté. On deviendra des porteurs de la grâce du Petit Roi, comme malgré nous, sans nous en rendre compte. Voyez quand on est dans cette logique de la crèche, on ne se regarde plus. Le Seigneur veut travailler et nous, on ne le voit même pas.

On va devenir ces porteurs de la grâce du Petit Roi, on va le rendre visible par notre vie. On va rayonner le parfum de sa crèche et de ses vertus et c’est ça la troisième étape, la petite doctrine de Marguerite.

Faire connaitre et aimer le Petit Roi. Inviter le plus de monde possible à entrer dans le refuge de la crèche. N’oublions pas que quand on est dans la crèche c’est aussi entrer dans une famille, c’est entrer dans la famille du Petit Roi, instaurée par Marguerite.

Le monde a besoin plus que tout, du témoignage de l’amour fraternel aujourd’hui, beaucoup plus que du bla bla, beaucoup plus que des initiatives pastorales multiples et bien faites avec une belle communication. C’est important parce que le monde a besoin du témoignage de la famille de l’Enfant-Jésus qui vit des relations nouvelles qui sont à l’opposé de celles du monde et entrer dans la famille de l’Enfant-Jésus, sera de s’engager à apprendre à vivre des rapports nouveaux avec nos frères, avec nos sœurs, dans l’ambiance de la Sainte Famille et de la crèche.

C’est aussi en ce sens, que ce Sanctuaire doit devenir un lieu pour les familles où elles retrouveront la force pour aimer, la force pour pardonner, la force pour s’oublier, pour se donner, pour vivre le mystère de la crèche chez elles en intronisant le Petit Roi, pour que tout tourne autour de Lui.

Ce témoignage se fait aussi en parlant du Petit Roi, autour de vous, en faisant connaître son sanctuaire, en donnant son image, en témoignant des grâces que vous avez reçues et c’est d’ailleurs ce dernier point, le témoignage de votre vie, non pas par une sainteté extérieure qui épate la galerie, qui est admirable et visible mais en vivant le mystère de la vulnérabilité transfigurée par la lumière de la crèche. Eh bien c’est ce qui donnera du poids à votre témoignage et à ce que vous direz. AMEN !

 

Chant : « Le Fils de Dieu pour nous s’est fait homme »   (cliquez)

 

 

Retourner au contenu | Retourner au menu